Rechercher
  • Myke Api

COMPRENDRE L’ESSAIMAGE

Les abeilles assurent depuis des millions d’années la pérennité de l’espèce par

l’essaimage. L’essaimage est un processus de division de colonie en deux populations. La

reine en place quitte la ruche, accompagnée par une grande partie des ouvrières de tous

âges, pour former un essaim qui se met rapidement en grappe. L’essaim laisse dans la

ruche initiale le nid avec du couvain naissant, environ un tiers des ouvrières et des

cellules royales prêtes à éclore. Une jeune reine remplacera l’ancienne, et la colonie

reformée commencera son développement.

Un autre objectif que les abeilles atteignent par l’essaimage est le « brassage » génétique.

En effet, l’essaim quittera le rucher d’origine pour s’installer dans un nouveau territoire,

variant la source de mâles qui se reproduiront avec la reine vierge à naître une fois la que

la vieille reine sera remplacée par une jeune reine vierge (supercédure).

Voici quelques éléments importants à connaître par les apiculteurs pour les aider à mieux

comprendre pourquoi les abeilles essaiment, et surtout, comment reconnaître les signes

avant-coureurs d’un essaimage et prévenir ainsi la perte d’essaims.

Premier élément important, il y a une saison de l’essaimage chez l’abeille Apis mellifera,

période durant laquelle les colonies essaiment le plus souvent. Elle a lieu le printemps,

juste avant la miellée, alors que l’élevage de couvain est à son apogée et que la chambre à

couvain présente une congestion forte. . Cela ne veut cependant pas dire que des essaims

peuvent se former et quitter la ruche ailleurs durant la saison.

Deuxième élément à connaître : certaines races d’abeilles ont plus tendance à

essaimer que d’autres (prenons comme exemple la carniolienne A. mellifera carnica).

Aussi, certaines lignées à l’intérieur d’une même race vont démontrer des pulsions

d’essaimages plus importantes que d’autres.

Troisièmement, il faut bien connaître les facteurs stimulant l’essaimage. Les

comprendre, c’est déjà un grand pas de fait vers la prévention de l’essaimage. Les voici,

en ordre d’importance :

1- Congestion de la chambre à couvain. La reine est à son pic de ponte,

allant jusqu’à pondre 2000 oeufs par jour durant cette période. Elle a

donc besoin d’alvéoles vides pour y déposer ses oeufs. Comme les

naissances sont à leur maximum aussi, et que de nombreuses

butineuses vont et viennent sur les cadres, il y a une concentration

d’abeilles énorme dans la chambre à couvain.

2- Âge de la reine. Une reine de plus d’un an produit de moins en moins

de phéromones, ces hormones qui servent à « tenir la colonie »

ensemble, freinant le développement des ovaires des ouvrières, et

faisant « sentir sa présence » partout dans la colonie. Moins elle en

produit, plus les abeilles se sentent orphelines et vont « vouloir » une

nouvelle reine.

3- Manque d’espace lors de la miellée. Lors de la miellée, une grande

quantité de nectar est apporté à la ruche par les butineuses. Ce nectar

contient jusqu’à 80 % d’eau. Les abeilles ont besoin de beaucoup

d’espace dans les hausses à miel pour le stocker et l’évaporer. Si elles

en manquent, elles vont avoir tendance à se faire de l’espace en

construisant des faux-rayons à tous les endroits où elles le peuvent,

même sur le dessus des cadres, puis finalement empêcher la reine de

pondre en remplissant les alvéoles de la chambre à couvain avec du

miel, recréant ainsi les conditions vues à l’item 1, soit la congestion de

la chambre à couvain. Ces essaimages ont lieu durant la miellée.

Un dernier point est important à retenir, c’est que l’essaimage se prépare pendant 7 à

12 jours, il n’est pas soudain. Les abeilles construisent d’abord plusieurs cellules royales

(jusqu’à vingt); la reine y pond des oeufs; les abeilles ouvrières produisent une grande

quantité de gelée royale. Ensuite, la reine voit son régime alimentaire réduit de façon à

diminuer la ponte et induire une réduction du volume de ses ovaires, la rendant apte à

voler de nouveau. De nombreuses butineuses cessent leurs activités de butinage pour

devenir des éclaireuses, cherchant un nouvel emplacement pour l’installation de la

nouvelle colonie. La récolte de nectar et de pollen s’en trouve alors fortement ralentie.



0 vue

©2018 by Bee Elsass. Proudly created with Wix.com