Rechercher
  • Myke Api

La vie d'une ouvrière


Mieux comprendre la vie d’une ouvrière : Ouvrière, est le nom générique donné aux abeilles à l'exclusion de la reine et des mâles. Mais sous ce nom unique se cache une multitude de fonctions. De l'émergence de l'alvéole jusqu'à sa mort l'abeille ouvrière va effectuer différentes tâches. L'ordre de ces taches suit des impératifs biologiques mais peut, dans une certaine mesure, s'adapter aux besoins de la ruche. FLEXIBILITE

Certains ouvrages détaillent exagérément les fonctions et distinguent jusqu'à 15 fonctions, organisées selon un calendrier précis. Les choses semblent plus complexes que cela. Dans la mesure où la physiologie de l'abeille le permet, il y a une certaine flexibilité dans l'organisation de ces taches. Une nourrisse ne sera jamais gardienne et une butineuse ne fera jamais de gelée royale. Mais en cas de nécessité les gardiennes grâce à l'hormone d'alerte peuvent recruter des abeilles de plus de 12 jours pour la défense de la ruche. De même, en cas de coup de chaud presque toutes les abeilles peuvent jouer le rôle de ventileuse.

TACHES

Voici quelques taches, facilement identifiable à l'oeil :

Nettoyeuse : J1 - J3

- Le nettoyage peut être fait par n'import quelle abeille, mais les jeunes abeilles ne peuvent faire que ça et elles sont sur-place (elles viennent de naitre et sont donc sur les rayons de couvain). Ce sont donc elles que l'on voit en majorité effectuer cette tache. Leur taille leur permet facilement de se plonger dans une cellule (elles viennent juste d'en sortir) et d'y effectuer de minutieuses opérations de nettoyage. La reine ne pondant que dans des cellules parfaitement propres. - Ces jeunes nettoyeuses sont incapables de piquer car leur squelette extérieur est encore trop mou pour permettre aux muscles d'expulser le dard correctement, et leur poche à venin est vide.

Nourrice : J3 - J9

- Petit à petit les nettoyeuses ne vont plus inspecter les cellules vides mais les cellules occupées par du couvain. Au début, la jeune nourrice ne s'occupe que des larves de plus de trois jours en leur distribuant un mélange de miel et de pollen. Ensuite, quand ses glandes pharyngiennes sont suffisamment développées, elle est capable de produire de la gelée royale et de s'occuper des jeunes larves et de la reine. (Rappel : les 3 jours qui suivent l'éclosion de l'oeuf, toutes les larves sont nourries avec de la gelée royale) - Ce sont les nourrissent qui operculent les cellules contenant des larves. Les nourrisses peuvent aussi alimenter par trophallaxie des abeilles plus âgées, et en particulier les butineuses et les mâles.

Magasinière : J9 - J12

Les butineuses ne déposent pas elles-mêmes leur butin dans les alvéoles. Elles le confient à des manutentionnaires qui vont faire le dispatching. Dans le cas du miellat et du nectar le transfert de jabot en jabot joue un rôle important dans la maturation du miel. A chaque transfert il y a ajout d'enzymes nécessaires à l'hydrolyse des sucres. Ce sont ces abeilles qui operculent le miel quand elles le jugent prêt.

Cirière : J12 - J18

C'est la maturité des glandes cirières, et la température ambiante, qui va permettre la production de minces écailles de cire. Cette cire sert à édifier de nouveau rayons, à réparer les anciens, à colmater ou fixer. Les besoins de construction ne sont pas constants dans une ruche et cette fonction n'est pas toujours utilisée surtout quand on impose de la cire gaufrée aux abeilles. (Nous pensons que cette pratique à de grave conséquence sanitaire et facilite l'essaimage)

Architecte et Maçons :

C'est rarement l'abeille qui produit de la cire qui l'exploite. A presque tout âge une abeille est capable de participer à des opérations de construction ou de réparations. Que ce soit avec de la cire fraichement produite, de la cire réutilisée ou de la propolis.

Ventileuse :

La climatisation de la ruche est importante pour le couvain operculé, pour la production de cire, pour la maturation du miel. En battant des ailes à l'entrée de la ruche les ventileuses essaient de provoquer une circulation d'air. Cette tache à temps partiel est une bonne préparation physique au futur travail de butineuses. Elle est pratiquée par n'importe quelle abeille de plus de 7 jours.

Gardienne : J15 - J25

Le contrôle de l'accès à la ruche est confié à quelques abeilles gardiennes, qui, grâce aux phéromones identifient et laissent passer les abeilles butineuses de la ruche et repoussent les autres abeilles (à l'exception des mâles qui peuvent circuler librement d'une ruche à l'autre). En cas de besoin, et grâce à l'hormone d'alerte, elles peuvent recruter d'autres abeilles (à l'exception des nourrisses) pour faire face à une tentative d'intrusion.

Butineuse : J22 - mort (~J35)

- Après 3 semaines de travail dans la ruche, l'ouvrière arrive à la dernière étape de sa vie : le butinage. Ce sont ces abeilles que nous voyons voler de fleur en fleur. Le butinage permet de répondre aux besoins en matières premières de la ruche (pollen, nectar, miellat, exsudat, eau), mais aussi à faire des stocks de miel. - Les butineuses meurent au travail et, en majorité, à l'extérieur de la ruche. Les causes de la mort d'une butineuse sont: * mangé par un prédateur (oiseau, frelon, araignée ) * accident (écrasée, noyée ou engluée ) * empoisonnement (pesticides) * de fatigue ou de vieillesse

EXCEPTION

Le timing ci-dessus est celui des abeilles nées à la belle saison. Les abeilles qui naissent à l'automne sont destinées à protéger la reine pendant la période froide. Les réserves de miel ont été faites et elles n'auront pas à aller butiner. Leur durée de vie est de 4 à 5 mois. A l'arrivé de la nouvelle belle saison elles élèveront les premières larves et mourront. Ceci signifie que leurs glandes pharyngiennes restent actives pendant tout l'hiver.

2 vues

©2018 by Bee Elsass. Proudly created with Wix.com